Nouvelle page 1
 

 

Née au Mans, dans la Sarthe, le 20 décembre 1966, Hélène monte dès son plus jeune âge sur les scènes de salles des fêtes pour pousser la chansonnette.

Elle a 12 ans quand elle joue pour la première fois sur grand écran le rôle d’Alice, la fille de Jacques Dutronc, dans Le Mouton noir de Jean-Pierre Moscardo en 1979.

L’année d’avant, une vedette montante de la télévision a fait elle aussi ses premiers pas au cinéma : Dorothée, alors présentatrice du culte Récré A2, tourne aux côtés de François Truffaut dans L’Amour en Fuite.

C’est justement lors d’un concert de l’idole des enfants en 1986 à Alençon, organisé par la mère d’Hélène, que la jeune fille de 20 ans, motivée par Sophie, sa sœur aînée, pousse la chansonnette devant le producteur Jean-Luc Azoulay, accompagnée de Gérard Salesses au piano.

Quelques mesures du tube de Dorothée, " Maman ", achèvent de convaincre le A d’AB Productions de son potentiel artistique. La jeune fille demande un temps de réflexion.


 

LES DEBUTS

UNE ENTREE EN SCENE RATEE

Et c’est deux ans plus tard, en 1988, qu’elle débarque à Paris, seule un beau soir, comme elle le chantera plus tard, et enregistre son premier 45 tours chez AB, " Dans ses grands yeux verts ", vendu à 100 000 exemplaires.

Le prénom faisant foi chez AB, Hélène Rollès devient simplement Hélène, comme Emmanuelle ou Dorothée (bien qu’il s’agisse d’un pseudo) avant elle, et avant Manuela ou Babsi.

La sortie de son premier album l’année suivante, et les trois 45 tours qui en sont extraits (" Ce train qui s’en va ", " Sarah " et " Jimmy, Jimmy ") passent inaperçus…sauf au Japon, où ils connaissent un succès raisonnable.

En décembre 1989, Hélène monte sur scène au Champ-de-Mars, aux côtés d’Ariane, Jacky, Patrick et Corbier, dans un spectacle musical créé avec la Mairie de Paris pour les fêtes de fin d’année et intitulé Retour à Diguedondaine.

Elle renouvelle l’expérience l’année suivante avec les mêmes acolytes dans le spectacle Rock’n’Twist. Ces représentations sont pour elle l’occasion de chanter ses propres titres comme " Je suis venue à Paris " ou " Sarah ", en plus des autres chansons originales du spectacle.

 

 
CHEZ AB…

Les années qui suivent, Hélène les passe dans les bureaux d’AB, à trier le courrier de Dorothée, entre deux apparitions dans la série dominicale Pas de Pitié pour les Croissants (elle y chante à nouveau " Dans ses grands yeux verts "), et quelques génériques de dessins animés (Candy, Makko, Don Quichotte, Meg la Sorcière et Magic Tickle).

En 1990, elle fait même la première partie du concert chinois de Dorothée, devant un public d’adultes. Tous ses albums paraîtront d’ailleurs en Asie.

En 1991, les deux pontes d’AB se lancent dans la production d’une nouvelle sitcom. L’initiative est quasi inédite en France, si l’on excepte la série à succès Maguy, et Azoulay reprend le principe américain du " spin-off ", qui consiste à élaborer une nouvelle série télé à partir d’un personnage secondaire d’une série déjà existante.

Justine (Camille Raymond), la nièce de Framboisier dans Salut les Musclés, devient l’héroïne adolescente de Premiers Baisers, dont le premier épisode est diffusé le 23 décembre. L’héroïne a une grande sœur qui fait chavirer le cœur de son copain François (Boris Haguenauer) : Hélène, douce et discrète, fraîchement rentrée d’Australie et étudiante en Sociologie à la fac.

Devant la popularité grandissante du personnage d’Hélène, une nouvelle sitcom est créée.

 

 

HELENE ET LES GARCONS, LE DECLIC

UNE QUALITE DISCUTABLE

Le 11 mai 1992, le premier épisode d’ Hélène et les Garçons est diffusé en access prime time sur TF1. Avec ses décors pastels et ses intrigues nunuche, des éléments qui deviendront la marque de fabrique des sitcoms AB, qui aurait pu prédire un tel avenir à la série, bientôt propulsée phénomène de société ?

On y suit les aventures, sentimentales surtout, d’étudiants en Lettres et en Socio, entre le garage où les garçons répètent leur musique, la cafét de l’invisible M. Alfredo, et les chambres en cité U.

Mais au-delà de la faiblesse du scénario ou du jeu limité des acteurs, le casting de la série est indéniablement sympathique, et toute une génération de 6 -18 ans voire plus, scotche tous les après-midi devant les histoires de ces personnages attachants.

Les couples et leurs fluctuations sont le ciment de la série : Johanna (Rochelle Redfield) , la Texane allumée au français hasardeux, et Christian , le batteur choupi/rebelle (Sébastien Roch) est l’acteur de la série qui déclenche alors le plus d’hystérie chez les fans, après Hélène)  ; Cathy (Cathy Andrieu) et Etienne (David Proux), vite remplacés par Laly (Laly Meignan), la Brésilienne survoltée et Sébastien (Sébastien Courivaud), le beau gosse placide ; Bénédicte / (Laure Guibert), la cocue sympa et José (Philippe Vasseur), le dragueur pro du synthé. A cette bande soudée s’ajoute Nathalie (Karine Lollichon) (à l’origine, c’est la garce type dans la lignée d’Isabelle (Julie Caignault) de Premiers Baisers, mais son personnage évoluera positivement au cours de la série…avant une nouvelle rechute dans la méchanceté gratuite !)

Et surtout, le couple phare de la série :

 

Nicolas (Patrick Puydebat) , fidèle et compatissant, et son équivalent féminin, Hélène, la bonne copine, confidente presque parfaite, toujours prête à éponger les peines de cœur entre deux jus d’orange non réglés à la cafét.

Au fil des épisodes, des thèmes parfois graves sont évoqués : Cri-Cri tombe dans l’enfer de la drogue, Nathalie est victime d’un viol, Hélène est droguée à son insu au moyen d’ un " space cake " par le producteur véreux Thomas Fava (David Brécourt)…(épisode censuré ainsi que les trois suivants par TF1. RTL9, filiale d’AB, les diffusera en 2000.)

 

 

UN PHENOMENE DE SOCIETE

Pendant qu’à la salle de sports ou au Nelly’s, Bénédicte se remet d’une énième incartade de José , la série est devenue un vrai phénomène, repris, cité, étudié par les sociologues, souvent parodié…Et Jean-Luc Azoulay décide de faire fructifier la poule aux oeufs d’or : dans la foulée d’ Hélène…, deux nouvelles sitcoms sont créées, Le Miel et les Abeilles, avec Mallaury Nataf dans le rôle titre, et Les Filles d’à Côté, version trentenaire dynamique des bluettes AB.

Plus tard, viendront Les Garçons de la plage, La Philo selon Philippe et autres Années Fac…

Les records d’audience s’enchaînent, les cours de récré ne vivent plus qu’au rythme des frasques de Cri-Cri d’amour et des tours de roue de Texas le hamster …

Le phénomène est tel qu’un projet de long-métrage est un temps envisagé…et Hélène devient une star, largement aidée par le terrain médiatique et commercial que Dorothée a balisé avant elle.

En intégrant les chansons d’Hélène dans les scénario de la série, l’amalgame entre son personnage télévisuel de fille simple, saine et gentille, et sa vraie personne devient total pour le public, au rythme des papiers de la presse à scandales qui lui prêtent une liaison avec son partenaire à l’écran, Patrick Puydebat .

L’album Pour l’amour d’un garçon, qui comprend le générique de la série, se vend à 600 000 exemplaires, et l’arrivée des acteurs au MIP TV de Cannes 93 crée une véritable émeute.

La " Hélènemania " est née.

 

 

L’APOGEE

1993, L’ANNEE FASTE

La folie Hélène atteint son paroxysme en 1993, avec le carton de l’album Je m’appelle Hélène : 900 000 d’exemplaires vendus, mêmes chiffres impressionnants pour le premier single, qui devient un hymne souvent parodié ( notamment par les Musclés eux-mêmes, avec le gracieux " Tu m’ rappelles Germaine " qu’il chantait accompagnés d’une vache. Les deux chansons ont le même auteur : Jean-Luc Azoulay.)

Cette déclaration simple et teintée de mélancolie, dans la veine de L’Idole des Jeunes de Johnny Hallyday ou du Chanteur Malheureux de Claude François , affole les charts.

Comme Dorothée avant elle, Hélène a droit à son " Grand Jeu des super Chansons " sur TF1 ; comme Dorothée avant elle, elle entre dans le Livre des Records.

 

 

La série s’exporte très bien, surtout en Norvège et en Russie, et des versions américaine, espagnole et allemande de la série sont mêmes tourneés dans les décors d’AB.

Hélène enregistre des versions de ses tubes, mais qui ne seront jamais éditées, en chinois, en espagnol et en catalan. Elle est invitée dans de nombreuses émissions de variétés de l’époque.Le produit Hélène se décline alors sous forme de parfums, chewing-gums, papier à lettres…Le magazine d’information de France2 Envoyé Spécial  lui consacre même un reportage intitulé : "Hélène sans les garçons" !

 

 

1993 est aussi l’année de sa première véritable expérience scénique. Après une tournée en province, elle se produit 7 fois au Zénith en octobre. La première partie du spectacle, présentée par Jacky, est assurée par Julie Caignault, Babsi, Christophe Rippert et Anthony Dupray.

En décembre, c’est la sortie aux Editions de la Montjoie d’Hélène, le livre.

 

 

LE SUCCES CONTINUE…

L’année suivante, Hélène et les Garçons prend fin au bout de 283 épisodes, et la suite des aventures de nos éternels étudiants prend vie sous la forme d’une nouvelle série, Le Miracle de l’Amour.

Les chambres universitaires et leurs murs recouverts d’affiches de dauphin laissent place à une grande maison, où nos héros vivent en communauté.

Hélène sort un album du nom de la série, enregistré à Nashville, aux Etats-Unis : en compagnie de Dorothée et d’Emmanuelle, elle a profité du voyage pour se familiariser avec les fameux shows à l’américaine.

Nouveau succès et nouvelle tournée en France, avec 7 concerts à Bercy à guichets fermés en janvier 1995, des dates en Belgique (où elle se fait entarter) ainsi qu’en Norvège, où la série remporte un franc succès.

Sur scène, Hélène est toujours accompagnée des choristes attitrées de Dorothée, Martine Latorre et Francine Chantereau, et du compositeur et pianiste Gérard Salesses. Le 14 janvier, le soir de la première, la belle Hélène fait une frayeur à ses fans en s’évanouissant peu après son entrée …Mais elle revient vite sur scène.

 

 

La première partie est à nouveau un " Méga Jacky Show " avec Manuela, les jumelles Christine et Stephanie Ever, Christophe Rippert et Anthony Dupray( une cassette vidéo de cette première partie sera d’ailleurs commercialisée).

Elle voyage également à Taiwan.

Fatiguée et désireuse de prendre du recul, Hélène décide de faire une pause dans sa carrière : Le Miracle de l’amour et ses 159 épisodes finiront de s’accomplir sans elle.

Retour sous les projecteurs quelques mois plus tard avec un nouvel album, Toi…émois, qui ne connaîtra pas le succès escompté, en raison notamment d’une faible promo, à un moment où l’empire AB, après avoir multiplié les sitcoms, les chanteurs et les produits dérivés, commence à s’essouffler.

Le Miracle s’arrête en mars 1996, et Hélène sort un sixième album studio en juillet 1997, avec des titres qu’elle a elle-même écrits et composés, dont " Marie " et " A Force de Solitude ".

 

 

LA FIN DE L’AVENTURE

Tensions entre TF1 et AB, fin du contrat liant Dorothée à la chaîne…La grande aventure du Club Dorothée débutée 10 ans plus tôt, prend fin le 29 août 1997, et avec elle la carrière de tous ses poulains...

Ou presque ! Puisque la série Les Vacances de l’Amour a pris la relève : Manuela, Lynda ((Lynda Lacoste), Laly et José, rejoints par Bénédicte, Nicolas, Jimmy ou même Virginie (Virginie Desarnault), ex-Premiers Baisers/Années Fac, s’installent dans les mers chaudes de l’Océan Atlantique, sur Love Island…

Voilà que le diptyque azoulayen se transforme en véritable trilogie !

Pour la première fois, Manuela chante le générique de la série, privilège réservé jusque-là à Hélène.

 

 

 

DEPUIS…

Après un tour du monde sac au dos, Hélène fait une apparition éclair dans le rôle d’une " fille fumant un joint " dans Exit, film d’ Olivier Mégaton (2000), tente sans succès de sortir un album de reprises de Georges Brassens, et puis revient dans des émissions télé en 2003 (Sans aucun doute ; Tubes d’un jour, Tubes de toujours ; On a tout essayé…) pour promouvoir son nouvel album Que du vent, dont elle est également auteur-compositeur, disponible uniquement sur Internet.

Dès 2000, elle fait sa réapparition dans Les Vacances…Son personnage disparaît en mer avant de revenir… longtemps après, à cause du rythme aléatoire de diffusion des épisodes sur TF1.

Amnésique, elle n’a qu’une seule certitude, son nom : " Je m’appelle Hélène ", et un mystérieux prénom masculin qui lui reste en tête, Nicolas…

Des épisodes inédits avec Hélène devraient encore être diffusés.

En février 2005, elle surprend en participant au jeu de télé réalité de TF1, Première Compagnie.

Sa popularité passée continue de payer : elle termine demi-finaliste de l’aventure. L’album, et la tournée qui va avec, sont impatiemment attendus par ses fans.

 

 

DISCOGRAPHIE

ALBUMS

1989- Ce Train qui s’en va

1992- Pour l’amour d’un garçon (double disque de platine)

1993- Je m’appelle Hélène (triple disque de platine ; devient disque d’or en Norvège en 1995)

1994- Le Miracle de l’Amour (disque de platine)

1995 - Toi…émois

1997- A force de solitude

Abéditions

2003- Que du vent

Production du Moulin / Eddima Prod

La chanson " Je m’appelle Hélène " est également présente sur le CD Des Millions de Copains pour SolEn Si (1994).

Sur l’album Chants de Noël, Hélène reprend la chanson traditionnelle " Douce Nuit ".

Elle est également présente sur diverses compiles des chanteurs de l’écurie AB (Stars TV, Top Teen…).

 

         

         

 

SINGLES

1988- Face A Dans ses grands yeux verts / Face B Toute seule au monde

1989- Ce train qui s’en va / Pretty baby

- Sarah / Est-ce qu’un garçon ?

- Jimmy, Jimmy / Copain copain

1990- Générique du dessin animé Makko

1992- Pour l’amour d’un garçon / A quoi bon

1993- Peut-être qu’en septembre / Pense à moi

- Je m’appelle Hélène / Pense à moi

1994- Dans les yeux d’une fille / Et si un garçon

- Amour secret / Le train du soir

- Le Miracle de l’amour / Sous le soleil

1995- Imagine / A Force

- Moi aussi je vous aime / Moi aussi je vous aime (live) / Toujours par amour

1996- Toi / Compte les étoiles

- Je t’aime / Partir avec toi

1997- A Force de solitude / Marie

VIDEOS

1992- Hélène, 10 Clips

1993- Hélène, l’album en vidéo. Version intégrale

- Hélène, le concert au Zénith (vidéo de platine)

1994- Hélène, l’album en vidéo

1995- Hélène, Bercy 95 Concert intégral + coulisses

TF1 Vidéo

Des épisodes de la série culte ont été commercialisés chez TF1 Vidéo. On voit également des images d’ Hélène et les Garçons dans la vidéo Stars TV Karaoké. (1994)

 

 

SITCOMS

Salut les Musclés : Hélène apparaît dans l’épisode intitulé " Le choc ", tout comme Roger Girard (Bruno Le Millin), Marie Girard (Christiane Ludot), Justine et Jérôme (Fabien Remblier). Cet épisode sert de la transition avec le premier épisode de Premiers Baisers. Les Girard, rentrés d’Australie, viennent chercher leur fille Justine, confiée aux bons soins des cinq tontons.

Pas de Pitié pour les Croissants : Hélène apparaît dans 4 épisodes, " Viva el croisante ! ", "Croissants verts ", et " Les orteils de la princesse " 1 et 2.

Premiers Baisers, Hélène et les Garçons, Le Miracle de l’Amour, Les Vacances de l’Amour.

La Famille Fou Rire : épisode géant réunissant les principaux protagonistes des sitcoms AB, diffusé le 31 décembre 1992.

CINEMA

1979- Le Mouton noir, de Jean-Pierre Moscardo avec Jacques Dutronc et Brigitte Fossey.

2000- Exit, d’Olivier Mégaton avec Clotilde Courau.

 

HELENE ET…DOROTHEE

 

Une grande sœur ?

Voilà l’image qui vient d’abord à l’esprit pour qualifier les rapports de Dorothée envers sa protégée, qu’elle a considérablement aidé à mener au succès. Curieusement, les médias de l’époque, et encore ceux d’aujourd’hui, avaient une curieuse tendance à mettre le phénomène Hélène sur orbite, alors que dans le même temps, Dorothée poursuivait une carrière impressionnante par ses chiffres et sa durée, dans l’indifférence au mieux, le cassage systématique au pire, des médias.

Un rôle déterminant.

Son rôle est symbolique d’abord, puisque c’est avec une chanson de la blonde idole qu’Hélène s’est faite remarquer par le producteur Jean-Luc Azoulay, et une chanson au titre pas si innocent : " Maman "…Il n’en faut pas plus pour voir dans Dorothée la même figure maternelle, formatrice et rassurante pour Hélène que celle de Jacqueline Joubert pour Dorothée elle-même. Sans pour autant occulter le rôle plus qu’essentiel de Jean-Luc Azoulay, comme toujours parolier et scénariste, businessman et pygmalion infatigable d’Hélène, comme il l’a été de Dorothée…

Un rôle pratique essentiel également, puisqu’Hélène l’accompagne en tournée chinoise dès 1990, et que le Club constitue une vitrine privilégiée pour la promotion d’Hélène, comme elle l’est alors pour l’interprète de " Nicolas et Marjolaine ".

Le répertoire.

 La similitude avec le répertoire de Dorothée est d’abord ce qui saute aux yeux, rien que dans les titres et les thèmes : l’amour secret d’Hélène fait écho au chagrin d’amour de Do, la guitare et la rose de l’une rappellent le garçon qui composait sur sa guitare de l’autre, et les déclarations d’amour au public se ressemblent, de Mon plus beau cadeau à Moi aussi je vous aime

Musicalement, les instrumentations ne se démarquent guère de celles de Dorothée. Le synthé reste roi, mais la guitare sèche, qui sied bien à l’image roots d’Hélène , prend plus d’importance. Elle devient à la douce Hélène ce que la guitare électrique est à Dorothée Rock.

La tragique histoire d’Emilou Haley, qui saute dans la rivière après avoir perdu son bébé, rappelle celle de Marie, chantée par Dorothée, qui se jette dans l’eau du port quand elle apprend la mort de son marin de mari.

Aucun mystère là-dessous : comme 99% des chanteurs AB, le répertoire d’Hélène est signé Jean-François Porry, alias Jean-Luc Azoulay, et Gérard Salesses. Comme pour l’ex-animatrice de RécréA2, le parolier- producteur va parfois décliner un même schéma narratif sur plusieurs chansons. Un an d’armée sur le quatrième album, rappelle furieusement le tube de 92 Peut-être qu’en septembre… .

Ses albums ont leur lot de bonnes surprises, comme Trop de Souvenirs, La Guitare et la Rose ou Pauvre Blues

A la télé.

Très souvent invitée du Club et du Jacky Show, Hélène est également présente lors de tous les grands rendez-vous de Dorothée : les trois Rock’n’roll Shows (dans les deux premiers, Hélène tient vraiment la vedette, juste après Dorothée), le Cadeau de la Rentrée (1992), les différents Noëls de l’Amitié…

Elles chantent plusieurs fois en duo : " Donna, Donna " ; " Partir avec toi " ; " C’est trop dur d’être une fille " ; " Pauvre Blues ".

Et même en trio, accompagnées de Nana Mouskouri : In the Mood.

 

 

L’essor du revival AB sur le Net a mais en avant les doutes et les nouvelles inquiétudes des fans : Hélène, dans la logique commerciale azoulayenne, a-t-elle été conçue comme un successeur possible à Dorothée ? Et dans quelle mesure la mise en avant d’Hélène à partir de 1992 a-t-elle empêché celle de Dorothée et du même coup affaibli durablement le monopole artistique et commercial de celle-ci ?

Ces questions, si elles méritent d’être posées pour qui veut tenter de comprendre les rouages du mécanisme AB et sa chute, ne doivent pas nous faire oublier l’innocence et la candeur originelles avec laquelle, enfant, nous regardions, les yeux avides, le Club et ses amis.

Clément

RETOUR