La biographie de Dorothée

Biographie

 

 

Elle est née le 14 juillet 1953, à Paris, à la clinique des « Belles Feuilles ». Enfance tranquille avec ses parents dans un pavillon de Bourg-la-Reine. Ses études, de la maternelle au bac, elle les passe à l'école « Notre-Dame » de Bourg-La-Reine. C'était une bonne élève... qui faisait déjà partie de la chorale de l'école. Comme toutes les petites filles sages, elle étudie le piano, et obtient un troisième prix au concours Nérini. Elle prend des cours de danse, mais se fait renvoyer parce qu'elle «  dissipe ses petits camarades en faisant le clown ». Son meilleur souvenir de cette époque, c'est quand elle chantait en duo avec son père qui l'accompagnait au piano. Tous les étés, jusqu'à l'âge de treize ans, elle passe ses vacances en famille sur la côte Atlantique. A partir de quatorze ans, nouveau rituel estival : elle reçoit, pendant le mois de juillet, Sue, sa correspondante anglaise, et passe le mois d'août chez elle, en Angleterre... Elle y découvre les Beatles, Chuck Berry, Simon and Garfunkel...

 

 

1970-1972 :

Tout en préparant son bac « philo », elle monte une petite troupe théâtrale, forte de quatre membres, à l'intérieur de son collège. Elle écrit l'adaptation moderne d'un « Caprice » de Musset. Elle en fait les costumes, les décors, la mise en scène... La pièce est présentée au concours inter lycées organisé par Madame Tassencourt, directrice du théâtre Montanssier à Versailles. Elle arrive en finale et Dorothée obtient le prix spécial du jury pour son interprétation. L'un des membres du jury, Jacqueline Joubert, lui demande à brûle-pourpoint : « Cela vous intéresserait-il de faire de la télévision ? Je n'y ai pas pensé, mais pourquoi pas ? »

 

1973-1976 :

Elle est en troisième année quand Jacqueline Joubert la rappelle, lui fait passer son audition, et l'engage...Dorothée est à l'antenne pour la première fois en septembre 1973, pour animer les premiers « Mercredis de la jeunesse ». Quatre heures d'émission hebdomadaire. Elle a pour partenaire une marionnette, Blablatus. Le docteur Michel Klein fait déjà parti de l'aventure. Ensemble ils présentent les « Fous du volant », « Skippy le kangourou » ou « les Intrépides ». Elle continue parallèlement ses études, mais bien vite, la séduction de la télévision est plus forte, et l'éducation nationale perd un futur professeur.

 

 

 

A l'éclatement de l'ORTF, Eliane Victor et Christophe Izard prennent la direction des émissions pour la jeunesse de TF1 et demandent à Dorothée d'animer « Les Visiteurs du Mercredi ». Elle y reçoit de nombreux chanteurs dont Alain Souchon, Daniel Balavoine et Richard Gotainer. A la fin de la saison, on la remercie : « Vous n'êtes pas faite pour animer des émissions pour la jeunesse ». En 1976, Henri Kubnik lui demande de la rejoindre pour animer le jeu « Réponse à tout ». Mais à la fin de la saison elle est à nouveau remerciée. De juillet 1976 à février 1977, Dorothée est au chômage, du moins elle n'est plus à l'antenne. Elle exerce alors toutes sortes de petits métiers, de doublure lumière sur « Les Rendez-vous du Dimanche » de Michel Drucker à animatrice dans les supermarchés, elle est aussi secrétaire dans une société de robinetterie. Son temps libre, elle le passe sur les plateaux où se tournent « Ring Parade » ou « Cadetrousselle ».

 

1977 :

Heureusement Dorothée apprend qu'Antenne 2 cherche de nouvelles speakerines. Elle passe les auditions, est reçue et débute en mars 1977 en tant que speakerine de la chaîne. Parallèlement Gérard Calvet lui demande d'animer tous les après midi une émission pour la jeunesse : « Dorothée et ses amis ». En tutoyant les téléspectateurs, elle présente des dessins animés comme « La panthère Rose » « Bugs Bunny » ou « Bip Bip » et reçoit des enfants sur le plateau.

 

 

 

 

1978 :

Durant l'été de cette année 1978 c'est la naissance de « RécréA2 » que Dorothée anime tous les soirs.

Puis dès la rentrée de « RécréA2 Mercredi », avec deux heures de direct hebdomadaire. Jacqueline Joubert, directrice de cette toute nouvelle unité de jeunesse sur Antenne 2, n'a pas de budget important.  Qu'importe! On utilise de vieilles malles et des toiles d'araignées pour créer le décor d'un grenier. On assiste à l'explosion du phénomène « Goldorak ». Malgré les critiques dénonçant la violence du dessin animé japonais Jacqueline Joubert, Dorothée et toute l'équipe font de « RécréA2 », l'émission pour la jeunesse où l'on s'instruit en s'amusant. Durant le premier été Dorothée est à l'antenne avec Gérard Chambre. Mais dès 1979, toute une équipe vient se greffer au personnage central qu'est Dorothée. Les téléspectateurs qui suivent « Candy » et « Wattoo Wattoo »font la connaissance de William Leymergie dit Willy, de Cabu dit Maître Cabu, de Patrick Simpson Jones, de François Corbier et d'Ariane Gil... En quelques semaines « RécréA2 » devient l'émission numéro un.

 

 

 

Fin 1978 François Truffaud l'appelle un soir en cabine speakerine et lui propose un rôle au cinéma dans le dernier épisode de la saga d'Antoine Doinel : « L'amour en fuite ». Elle tient le rôle de la nouvelle conquête du héros, interprété par Jean-Pierre Léaud. Le célèbre réalisateur a craqué sur Dorothée en la voyant évoluer en direct à la télévision. Au fil du tournage, en fonction de ce qu'il ressent, Dorothée, qui ne devait faire qu’une appariation, devient l'une des protagonistes principales de l'histoire. Le film obtient un succès d'estime et la profession salue le travail d'actrice de Dorothée.

 

1979-1980 :

En janvier 1980 Dorothée est rappelée par le cinéma. Elle tourne son second film sous la direction de Robbert Enrico : « Pile ou Face », avec Philippe Noiret et Michel Serrault. Entre deux directs de « RécréA2 » elle se rend à Bordeaux où elle tourne en tant que premier rôle féminin, celui d'une speakerine de télévision, qui a été le témoin d'un crime que le présumé coupable nie avoir commis.

 

 

 

Quelques mois avant le tournage de « Pile ou Face », Dorothée enregistre en décembre 1979 son premier disque. Il s'agit d'une comédie musicale « Dorothée au pays des chansons ». Dans la foulée, elle enregistre avec toute l'équipe de « RécréA2 », un second 30 cm : « Dorothée et ses amis chantent », qui contient tous les indicatifs des émissions, dessins animés et séries de « RécréA2 ».

 

1980 – Printemps 1987 : 

1981 : Elle tourne pour Antenne 2, l'adaptation télévisée de son disque « Dorothée au pays des chansons », une comédie musicale de cinquante deux minutes réalisée par Mathias Ledoux. Elle présente son spectacle pendant les vacances de Noël, sous la Tour Eiffel. Du neuf au vingt avril Dorothée est à l'Olympia. Elle présente tous les jours sa comédie musicale à un public enthousiaste. Elle chante, accompagnée par quinze musiciens et entourée de onze danseurs. Dans cette histoire, Dorothée se retrouve pendant deux heures dans un univers dont les habitants sont des instruments de musique. Le tambour s'appelle le Général, l'accordéon Flop, le violon Love-Love, tandis que la contrebasse souriante est Henri Golo. Le succès est au rendez-vous. « Tu es la nouvelle Johnny Hallyday », lance Jean-Michel Boris, le directeur de l'Olympia. Un aboutissement pour la femme-spectacle qu'est devenue Dorothée.

 

 

22 novembre 1981 : C'est à Walt Disney que l'on doit le premier tube de Dorothée, puisque ce sont leurs représentants français qui l'ont contacté pour interpréter le générique de « Rox et Rouky ». Disney, avec qui elle collabore depuis décembre 1979, puisqu'elle anime chaque Noël « SVP Disney » sur Antenne 2. A partir de 1981 et jusqu'en 1986, elle animera chaque dimanche « Disney Dimanche » où elle présente, les grands classiques et les nouveautés Disney. Une émission qui se révèlera fort sympathique puisqu'entre chaque extrait Dorothée, costumée, est incrustée dans le dessin pour y jouer le rôle d'un des personnages.

 

1982 : Elle présente sa nouvelle comédie musicale : « Dorothée tambour battant » à l'Olympia pendant les vacances de Pâques. Toute la presse salue son succès et l'Olympia affiche : « Complet ».

 

 

Elle fête en même temps son premier disque d'or et son premier disque de platine avec « Rox et Rouky ». En quelques semaines elle est en tête des ventes françaises :

Disque de platine pour « Rox et Rouky »

Album de platine pour « Hou! La menteuse »

Disque de platine pour « Hou! La menteuse »

Disque d'or en Belgique pour « Hou! La menteuse »

Le succès de cette chanson interprétée par Dorothée vire au phénomène, plus de deux millions de 45 tours vendus!

 

 

 

En décembre 1982, elle présente le jour de Noël sa nouvelle comédie musicale aux téléspectateurs d'Antenne 2 : « Dorothée au Royaume de Diguedondaine ». Créée à Paris, pour les fêtes de Noël, sur l'Esplanade du Champs de Mars, au coeur de la forêt enchantée, Dorothée et les autres membres de la troupe chantent en majorité des chansons issues du « Jardin des chansons », à savoir les anciennes chansons françaises traditionnelles réenregistrées pour la partie « Discopuce » de « RécréA2 ». Au terme de ce spectacle, Dorothée sera reçue à l'Hôtel de Ville par Jacques Chirac pour la remercier de ce qu'elle apporte.

 

1983 : Après son premier 45 tours « Tchou Tchou le petit train », le triomphe de « Rox et Rouky », les chansons de « Candy », les classiques du « Jardin des chansons », la machine est désormais lancée, et chaque année Dorothée sortira un album original jusqu'en 1997.

Elle reçoit cette année un album d'or pour « Pour faire une chanson ». Durant tout l'été Dorothée a effectué une énorme tournée à travers toute la France, 48 galas triomphaux sur le grand podium de « Radio Monte Carlo » : plus d'un million de spectateurs viennent applaudir sa nouvelle comédie musicale « Pour faire une chanson ». Pour l'anecdote, le 14 juillet 1983, à Aix-En-Provence, devant plus de quinze mille personnes, Dorothée a fêté ses trente ans. En compagnie de Jean-Pierre Foucault, présentateur de cette tournée d'été et Carlos, co-vedette de chaque soirée, la foule a repris en coeur  « Joyeux anniversaire » pour Mademoiselle Dorothée. En cette même année, Dorothée est toujours sur RMC, et pour la deuxième année consécutive elle raconte des contes aux auditeurs.

24 décembre 1983, consécration pour Dorothée, puisque pour la première fois elle est l’héroïne d’un show en prime time. « Dorothée : Le show » tourné début décembre sur les plateaux des Buttes-Chamont, réuni les vedettes de la chaîne et de la chanson, de Michel Drucker à Bernard Pivot, en passant par Jane Birkin devient un succès d’audience et le programme est choisi pour représenter la France au festival international de la télévision de Montreux. L’originalité de cette soirée et des soirées événements qu’elle proposera par la suite tient au scénario, puisqu’il ne s’agit pas d’un enchaînement de chanteur en promotion mais d’une véritable histoire où chacun tient un rôle, est costumé, chante et danse.

En 1984 à la demande de Peyo lui-même (le créateur des Schtroumpfs) elle enregistre la chanson générique du film « Vlà les Schtroumpfs ». S’en suivront deux albums. Surnommée « Doroschtroumpf », elle a été intronisée « Schtroumpfette d’honneur » par le maître en personne.

Alors qu’elle a vendu plus de quatre millions de disques en 1983, « Qu’il est bête » devient aussi album d’or.

 

 

1985 : En février, Dorothée devient productrice d’une nouvelle émission « RécréA2 matin », tous les mercredis sur Antenne 2. Une innovation puisque jusqu’ici la télévision n’émettait pas avant midi. Cette même année, « RécréA2 » est d’ailleurs récompensée d’un « 7 d’or », celui de la meilleure émission pour la jeunesse. A la demande de Georges Lucas, elle enregistre la chanson française du film « L’aventure des Ewoks ». Le titre est un succès qui est couronné aux Victoires de la musique, une récompense attribuée par l’ensemble de la profession du disque et l’édition musicale. Comme chaque année, Dorothée présente un nouveau spectacle, la comédie musicale « On va faire du cinéma » aux Champs de Mars est un triomphe. Dorothée bat son propre record, cent vingt mille spectateurs en seize jours. Elle est également la vedette du show de noël de la Télévision Suisse Romande : « La dame du désert ».

 

         

 

 

En 1986 la tournée de « On va faire du cinéma » se poursuit à travers toute la France, et Dorothée est à nouveau album d’or avec « Allo Allo Monsieur l’ordinateur ». Dès décembre Dorothée monte sur scène avec son récital : Elle triomphe au Zénith : Plus de cent mille spectateurs viennent l’applaudir. A peine sorti, « Maman » devient disque d’or.

 

 

 

1987 : Dorothée part en tournée à travers la France : quarante deux villes… deux cent mille spectateurs enthousiastes. Elle franchit le cap des dix millions de disques vendus. Durant cette dernière année de télévision, « Maman » est en tête des ventes, François Corbier chante « Le nez de Dorothée », Emmanuelle nous narre notre « Premier baiser », Maître Cabu édite une bande dessinée dont Dorothée est l’héroïne, alors que Roxan court sur le plateau, nous suivons « Les mondes engloutis », « Les mystérieuses cités d’or », « Lady Oscar », un grand changement va bouleverser la carrière de Dorothée…

 

 

 

RETOUR