Nouvelle page 1

 

Dorothée, la fée du pays des chansons

Dorothée rime avec « récré »… Tous les enfants qui regardent Antenne 2, le mercredi après-midi, en savent long sur sur cette identité ; et depuis longtemps…

Cette année, « Récré A2 » continue, même pendant l’été. Avec deux 45 tours et un album 33 tours que Dorothée a enregistré fin mai, et qui permettent de retrouver cette atmosphère de complicité dans laquelle se déroulent les émissions qu’elle anime, pour la plus grande joie des jeunes téléspectateurs. Une douzaine de titres de chansons composent les courts chapitres d’un conte musical aux couleurs joyeuses. Avec une escouade de personnages pittoresques et amusants, qui vous invitent à entrer dans la ronde ou le quadrille de l’insouciance, ou à faire quelques pas sur un rythme plus moderne, histoire de montrer qu’à l’instar des grands, on n’ignore rien du rock ni de la mode reggae.

 

 

 

Dorothée au pays des chansons (selon le titre de son album 33 tours, distribué par CBS) c’est, pour la petite speakerine d’Antenne 2, une nouvelle étape dans une carrière artistique qui a déjà connu d’autres horizons que ceux des studios vitrés de la télévision.

A l’époque où Jacqueline Joubert (responsable des Emissions pour la Jeunesse) la découvrit, il y a 6 ans, Dorothée faisait du théâtre en amateur, tout en poursuivant ses études. Elle prenait également des cours de piano classique. C’est donc sans trop de difficultés qu’elle s’est initiée aux techniques de l’enregistrement des chansons qu’ont écrites pour elle M. Jourdan, J-P Bourtayre, J-P Stora et J. Mercury.

 

On se souvient aussi de ses débuts au cinéma dans L’amour en fuite, le film de François Truffaut, où elle incarnait la jeune fille, au côté de qui Jean-Pierre Léaud trouvait l’équilibre après une quête sentimentale capricieuse. Deux ans après cet essai réussi devant les caméras du grand écran, Dorothée est de nouveau à l’affiche (avec Philippe Noiret et Michel Serrault, cette fois) dans un film policier de Robert Enrico, Pile ou face.

 

A la ville, elle habite un quartier au nom poétique, appelé port de la lune : « Un nom en forme de titre, qui pourrait inspirer un parolier et un musicien », dit-elle. Et qu’elle pourrait enregistrer.

 

RETOUR