Nouvelle page 1

 

TELESCOPIE

Dorothée : Le sourire hebdomadaire des petits

 

 

 

Dorothée est une ravissante jeune fille de 21 ans, au visage encadré d’une chevelure auburn et éclairé par deux grands yeux marron. Complice de Blablatus, la marionnette bien connue, elle anime, chaque mercredi, à partir de 16h20, les émissions destinées à la jeunesse. Son rôle ? Faire les enchaînements des films qui sont projetés, aider le docteur Klein, vétérinaire de la SPA, à présenter les animaux à adopter, à traiter d’un problème qui leur est tout particulier.

Mais, qui est Dorothée ? Quelles sont ses aspirations ? Comment organise-t-elle son emploi du temps ? Eh bien, parallèlement à ses activités au sein de la télévision, elle prépare une licence d’anglais et se rend à l’Université tous les lundi et vendredi après-midi. Elle suit également des cours de claquettes et a la ferme intention d’apprendre à jouer la comédie.

Le mercredi matin, elle met au point son émission au Studio 108 de la Maison de l’ORTF et puis c’est le direct. Elle, qui n’a pas éprouvé le moindre trac lors de la première présentation, est maintenant anxieuse. Elle a acquis un tel souci de perfection qu’elle craint toujours de décevoir son jeune public. Et celui-ci ne cesse de lui prodiguer sa très grande satisfaction : en sont témoins les centaines de lettres qu’elle a reçues depuis septembre dernier, les merveilleux dessins et les histoires que les enfants lui ont adressés. La télévision exerce une véritable fascination sur Dorothée. Car elle implique un travail d’équipe, elle baigne dans une très agréable ambiance, faite de décontraction, de gaieté, d’amicale complicité. " Une fois que l’on a connu ce métier, m’a-t-elle dit, l’on ne peut plus s’en passer. " C’est pourquoi Dorothée ne souhait qu’y demeurer. Travailleuse acharnée, elle a acquis, en quelques mois, la très grande disponibilité d’esprit, le sang-froid nécessaires à son métier.

Lorsque l’on est doué de tant de qualités, que l’on possède une telle foi en ce que l’on fait, le succès se doit d’être au bout de la route. Alors, bonne chance, Dorothée.

 

 

 

.

RETOUR